La Perfection narcissique de Kyssiné – Ouzire Améthépé

Le livre et l’auteur

Âgée d’une vingtaine d’années à peine, Kyssiné Mayong – « Kyss » pour les intimes – était déjà consciente de son pouvoir sur la gent masculine. Dotée d’une beauté remarquable, elle ne se gênait pas pour mener ses pairs masculins du bout du doigt avant de les jeter telles de vieilles chaussettes une fois qu’elle en avait fini avec eux. Jusqu’au jour où elle rencontre Sony Ali Bolélo, jeune homme mystérieux qui risque de mettre en péril son modus operandi habituel…

Éditions : Éditions de Philae

Pages : 413

Ouzire Améthépé est un auteur d’origine Togolaise, diplômé de l’Université de Tours en matière de Gestion et Sociologie. Installé à Paris, il travaille comme manager dans un cabinet de Conseil et est également conférencier autour de la problématique de la transformation numérique et digitale en Afrique, dans le développement de l’éducation, de la santé et de la culture.

La Perfection Narcissique de Kyssiné a vu le jour la première fois en 2015 aux Éditions Philae et a été réédité par la même maison en 2017. (Source : site officiel de l’auteur : www.ouzire-amethepe.com).

Mon ressenti

Mitigée. Ne connaissant pas énormément d’auteurs Togolais produisant de la littérature contemporaine, j’étais assez excitée à l’idée de lire ce récit. Je l’ai lu, d’une traite mais je dois dire que j’ai été un peu déçue. Avant d’y revenir, il faut noter que l’histoire est répartie en six livres, qu’elle est racontée à la troisième personne et que l’on suit essentiellement Kyssiné, sa famille et ses amies et enfin Sony Ali, présent mais avec juste ce qu’il faut d’informations sur son passé pour qu’on comprenne pourquoi il est comme il est. Le ton est plutôt léger mais j’ai été dérangée par moments par quelques grossièretés échangées dans un cadre « amical » (comme s’appeler « petite salope » entre amies par exemple…).

Sans surprise, je pense que vous aurez compris qu’il s’agit d’une histoire d’amour entre nos deux principaux protagonistes. Certes, cela débute de façon assez « chaude » (sans tomber dans le vulgaire ou la pornographie), mais très vite les sentiments s’installent et Kyssiné, habituée à rembarrer les hommes au bout de 4 mois (délai qu’elle s’est fixé) aura bien du mal à ne pas succomber au charme de Sony Ali. Une fois que le fond est ainsi résumé, je vais m’arrêter un peu sur les caractères des deux intéressés.

Kyssiné est belle, séduisante, magnifique… bref, tout ce que vous pouvez trouver de beau physiquement chez une femme. Elle le sait et le narrateur ne cesse de le répéter au cours du récit. Blessée dans son enfance par les répercussions des infidélités d’hommes qu’elle tenait en estime (son père et son beau-frère) et ayant eu confirmation que la plupart des hommes étaient probablement guidés par leur entre-jambe, elle s’est mise en tête de ne jamais céder à leur petit jeu et de leur rendre la monnaie de leur pièce. Malheureusement pour moi, son comportement par moments frôlait la misandrie et autant elle en voulait aux hommes qui brisait le cœur aux femmes dont ses copines, autant j’avais l’impression qu’elle ne se rendait pas compte du mal qu’elle pouvait faire à ceux qui étaient pris dans ses filets.

Sony Ali quant à lui, coureur de jupons dans ses jeunes années, était devenu un homme plus raisonnable en ce qui concernait les femmes pour des raisons que je ne dévoilerai pas ici, afin de laisser un peu de suspense pour ceux qui souhaiteraient lire le roman. Cultivé, fin cuisinier, poète, mélomane et fervent Kamite, il voue presque un culte à la femme Noire. Loin d’être désarçonné par le comportement de Kyssiné, il saura être patient et abattra ses cartes au fur et à mesure jusqu’à ce qu’elle ne plie. Avec lui, on apprend énormément sur l’Histoire, l’Art, la Musique. Il est presque comme une encyclopédie vivante et il ne cesse d’épater sa belle qui ne manque pas non plus d’étaler sa science.

Ainsi même si le désir physique est présent lorsqu’ils sont ensemble, ils nous servent des dialogues animés, divers et variés desquels on ressort avec une notion nouvelle (pour ma part j’ai découvert le Calendrier Cosmique de Carl Sagan et l’histoire derrière la construction de la Sagrada Familia en Espagne par exemple). Seul bémol à tout cela, la fameuse musique présente à chaque instant. En effet, l’auteur a préparé une playlist au début de son livre dont les titres sont distillés au fil des pages pour accompagner le lecteur (sous forme de playlist de Sony Ali essentiellement). Autant j’ai trouvé l’idée bonne au départ, autant cela m’a vite gavé surtout lorsque l’auteur partait dans des explications sur l’histoire de la formation de tel ou tel groupe musical. Je trouvais que cela encombrait plus la lecture qu’autre chose…

En somme, il s’agit d’une bonne lecture lorsqu’on souhaite se détendre, posé en bord de mer avec un petit cocktail ou chez soi tranquillement pendant ses vacances. On découvre pas mal de choses sur la musique surtout Afro-américaine et des notions de culture générale intéressantes. Néanmoins, cela reste une romance toute simple, dont l’issue ne fait pas trop de doute lorsqu’on avance dans l’histoire. Il est disponible ici.

Voilà, je pense m’arrêter ici. On se retrouve bientôt pour un nouvel article. Dans l’intervalle, prenez soin de vous.

Bisous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.