« Que votre parole soit impeccable » – Les Quatre Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz

Processed with VSCO with a5 preset

Coucou tout le monde! J’espère que vous allez bien 🙂

Le livre et l’auteur

« Que votre parole soit impeccable »… cette phrase n’est rien d’autre que le premier accord toltèque des Quatre Accords Toltèques, oeuvre de Don Miguel Ruiz dont je vais vous parler dans cet article (il est un peu long mais j’ai vraiment pris plaisir à l’écrire). Il s’agit ici d’un autre livre qui m’a été conseillé par mon amie La Belle Âme, et encore une fois, je n’ai pas été déçue.

Avant de parler du livre lui-même, voici un petit mot à propos de l’auteur que nous pouvons lire sur la quatrième de couverture (photo ci-dessous): « Don Miguel Ruiz, bien que né et élevé au Mexique par une mère curandera (guérisseuse) et un grand-père nagual (chaman), choisit de faire des études de médecine et de devenir chirurgien. Une rencontre avec la mort (NDE), au début des années 70, a changé sa vie. Il s’est dès lors consacré à la maîtrise de la sagesse ancestrale. Il est maintenant devenu nagual de la lignée des Chevaliers de l’Aigle, voué au partage de sa connaissance des enseignements des anciens Toltèques ». 

Les Quatre Accords Toltèques fait en tout et pour tout 144 pages et est publié aux éditions Poches Jouvence. Petit format, pratique à emporter.

A travers son livre, Don Miguel Ruiz nous propose des clés vers la « liberté personnelle ». Une fois les classiques « Remerciements », « Lettre à mes lecteurs » et « Préface » passés, l’oeuvre débute avec un petit topo sur les Toltèques puis une introduction intitulée « Le miroir de Fumée ». Ensuite, vient ce que l’auteur appelle « Le processus de domestication et le rêve de la planète » avant que ne soient explicités les fameux accords chapitre par chapitre. Chaque chapitre portant sur un accord.

Processed with VSCO with a5 preset

Mon ressenti

Pour ce qui est du « Processus de domestication » et du « Rêve de la planète », je vous invite à lire le livre pour en savoir plus dans les détails 🙂 . Ce que j’en retiens globalement, c’est que le résultat de ce processus et de ce rêve est la création en nous d’un système à trois composantes: le Juge intérieur, la Victime et le Livre de Loi. Le Livre de Loi rassemble toutes les croyances qui nous ont été inculquées par notre éducation, par les normes de la Société, et le Juge intérieur se sert justement de ce dernier pour nous faire la leçon lorsque nos actes ne sont pas en accord avec celui-ci. Nous sommes donc victimes de nous-mêmes. L’auto-flagellation, un sport « apprécié » par l’espèce humaine (bien sûr c’est pour rire).

Une fois ce petit mot sur le processus de domestication et le rêve de la planète dit, passons aux accords proprement dits. Ne voulant pas dévoiler entièrement le livre ici, je ne dirai que ce qui m’a vraiment marqué dans chaque chapitre 😉

Le premier accord toltèque ou encore « Que votre parole soit impeccable » nous amène ici à prendre conscience de la puissance de nos mots, de notre parole. Pour ceux qui sont croyants, ce n’est pas vraiment un secret que la Parole est puissante étant donné que selon les Écritures, Dieu a créé le monde par celle-ci. Quant à moi, en dehors de l’aspect religieux, je me rappelle que plusieurs de mes tantes me défendaient de parler de malheur lorsque j’étais plus jeune pour justement ne pas l’attirer. Et même dans notre vie de tous les jours, nous avons déjà entendu cette fameuse phrase qui dit que les mots blessent plus que les coups. Ici, l’accent est mis sur les effets de nos mots à la fois sur NOUS mais aussi sur les AUTRES.

En ce qui concerne ce premier chapitre, c’est surtout l’impact de nos mots sur autrui que je retiens. En dehors du « poison émotionnel » que nous pouvons envoyer à une personne A par ce que nous lui disons directement, nous pouvons insidieusement influencer la perception qu’elle a d’une autre personne B.

L’exemple donné dans le livre que je trouve vraiment intéressant est celui d’un ami qui a été à un cours auquel vous aimeriez assister, cours qu’il n’a pas apprécié et il vous dit « ce cours était affreux, le prof est nul ». Sans le savoir, cela joue sur vous et soit vous ne prendrez même pas la peine d’y aller parce qu’il y a le « un ami m’a dit que » (voir plus bas), soit vous irez mais avec une arrière-pensée inconsciente que le prof et son cours sont nuls, ce qui vous poussera à vous focaliser automatiquement sur les points négatifs durant celui-ci (et ce toujours de manière inconsciente). Puis à votre tour, vous irez en parler à d’autres personnes et c’est plus ou moins ainsi que naissent les rumeurs, la médisance et tout ce qui va avec.

Après, ayant discuté de cet accord avec une amie, elle a fait une remarque que j’ai trouvé assez pertinente. Il s’agit en fait de la confiance que vous avez en la personne qui vous dit ceci ou cela. Si l’on revient sur l’exemple précédent, en fonction de la confiance que vous avez en la personne qui vous dit que le cours était nul, vous vous fierez plus facilement à son jugement et ne prendrez pas la peine de construire le vôtre. Ce qui bien sûr est courant dans la vie de tous les jours et ajoute une difficulté supplémentaire à l’application de cet accord.

Voici un petit extrait: « La parole est si puissante qu’un seul mot peut changer une vie ou détruire l’existence de millions de personnes (…) L’esprit humain est semblable à une terre fertile dans laquelle des graines sont continuellement semées: des opinions, des idées et des concepts. Vous plantez une graine, une pensée, et elle croit. La parole est une graine, et l’esprit humain est si fertile! (…) p.46-47.

Lorsque nous passons au second chapitre, Don Miguel Ruiz nous invite à ne pas faire des choses qui nous arrivent, « Une affaire personnelle ». C’est à dire ne pas les prendre à cœur, ni pour soi, ni contre soi. Encore une fois, je me servirai d’un exemple pour exprimer ce que j’en ai retenu. Supposons que vous vous leviez de bonne humeur aujourd’hui, vous avez le sourire toute la journée et à la fin de celle-ci, vous tombez sur une personne X qui vous demande un renseignement. Vous lui donnerez sans soucis dans la mesure du possible. Le risque d’envoyer cette personne sur les roses est faible parce que vous êtes bien dans votre tête et dans votre corps. Prenons maintenant la situation inverse, mauvaise humeur, mauvaise journée, et la première personne X que vous rencontrerez aura plus de risque de se voir envoyer paître.

Dans tout cela, vous vous rendez compte que finalement, si vous vous mettez à la place de la personne X, elle n’a strictement rien fait et pourtant on a été désagréable avec elle. Ce n’est pas de sa faute. En fonction de ce que les gens vivent à un instant T, ils seront plus ou moins joyeux, tristes, accessibles et cela se répercutera sur les autres et pourtant ce n’est pas la faute des autres.

C’est ce que l’auteur explique avec ceci « Vous n’êtes aucunement responsable de ce que les autres font. Leurs actions dépendent d’eux-mêmes. Chacun vit dans son propre rêve, dans sa propre tête; chacun est dans un monde totalement différent de celui dans lequel vous vivez (…) Ce que les gens disent, ce qu’ils font et les opinions qu’ils émettent dépendent seulement des accords qu’ils ont conclu dans leur propre esprit » p.64. Je pense qu’on ne peut pas faire plus clair, haha.

Le troisième accord toltèque, « Ne faites pas de suppositions » est mon favori. Nous humains, excellons dans l’art de faire des suppositions. Je ne mettrai ici que le début du chapitre qui pour moi, résume bien la portée de cet accord: « Nous avons tendance à faire des suppositions à propos de tout. Le problème est que nous croyons ensuite qu’elles sont la vérité. Nous serions prêts à jurer qu’elles sont vraies. Nous faisons des suppositions sur ce que les autres font ou pensent, forts de quoi nous en faisons une affaire personnelle, puis nous leur en voulons et nous leur communiquons du poison émotionnel par nos propos. Voilà pourquoi chaque fois qu’on fait des supposition, qu’on prête des intentions à autrui, on crée des problèmes ». p.75 

Ainsi, l’auteur de nouveau prend un exemple de la vie courante, qui n’est autre que comment nous gérons nos relations (notamment amoureuses mais pas que) au vu de cet accord. Dans nos relations (amoureuses ou amicales), à un stade, nous avons tendance à supposer que l’autre nous connait assez pour « deviner » notre attitude face à telle ou telle chose ou juste « savoir à l’avance » ce que l’on voudrait. Et lorsque ce n’est pas le cas, eh bien nous nous énervons et nous disons « il/elle aurait dû savoir ».

Alors que dans ce cas en particulier (là il s’agit de ma réflexion personnelle), nous oublions trop souvent que nous ne sommes plus totalement la même personne qu’il y a 5, 10 ans lorsque nous avions rencontré l’autre. Nous sommes des êtres changeants. Nous évoluons tous. Il y a certes des traits de personnalité qui demeurent à vie mais nos vécus divers laissent des marques et petit à petit, nous changeons. Alors, « Le meilleur moyen de vous empêcher de faire des suppositions est de poser des questions » p.82. Clarifiez les choses, communiquez plus librement et évitez de vous faire des films, cela vous évitera bien des ennuis 😉

Enfin, pour finir, le dernier accord toltèque dit, « Faites toujours de votre mieux ». Celui-ci concerne la mise en pratique des trois précédents mais pas que. Chaque jour qui passe, essayez de faire du mieux que vous pouvez que cela soit pour appliquer ces accords afin d’être une « meilleure personne » ou dans votre vie professionnelle/personnelle. Ces accords ne sont pas si faciles à appliquer, l’auteur le dit bien. En fonction des schémas de pensée que nous avons construit avec notre éducation, notre société, c’est plutôt difficile de déconstruire tout cela et repartir sur de « bonnes bases ».

Mais lorsque l’on fait de son mieux en toute conscience, le fameux Juge Intérieur n’aura rien à vous reprocher et si jamais il ose, vous lui répondrez « j’ai fait de mon mieux ». Un dernier extrait pour la route « Lorsque vous faites de votre mieux, vous apprenez à vous accepter. En étant conscient vous pouvez apprendre de vos erreurs. Cela signifie vous exercer, regarder honnêtement les résultats de vos actions, et continuer de vous exercer. Ceci accroît votre conscience ». p.89 🙂

Je trouve que c’est un livre qui complète plutôt bien L’Âme du Monde de Frédéric Lenoir qui a fait l’objet du premier article de cette catégorie (je vous invite à le lire par ici) et qui donne à la fois des notions générales et personnelles. Je trouve que celui-ci est plus axé sur le TRAVAIL SUR SOI. Une phrase célèbre dit bien « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » (Gandhi). Donc, au boulot tous ensemble, notre monde en a bien besoin 🙂

Voilà, cet article est terminé. J’espère qu’il vous a plu et que je vous aurai assez motivé pour le lire étant donné que comme marqué plus haut dans l’article, je n’ai pas tout détaillé ici. Les accords sont encore plus explicités dans le livre même. N’hésitez pas à commenter et à partager.

Pour l’acheter, c’est par ici. Pour ceux à Lomé, je pense toujours à la Librairie Bon Pasteur. Mais il me semble qu’il y a une Librairie Star aussi pas loin du Grand Marché. Sinon, il est possible de le chercher en Librairie Par Terre ou tout simplement aller voir si vous le trouvez à l’Institut Français du Togo (ancien CCF) localisé maintenant près de l’hôtel Ibis.

Bon, je vous dis à bientôt pour un nouvel article. D’ici là, prenez soin de vous et commencez à faire votre « to-read list » de livres pour l’été qui approche 😉

Bisous.

 

7 réflexions sur “« Que votre parole soit impeccable » – Les Quatre Accords Toltèques de Don Miguel Ruiz

  1. Folowa dit :

    Je n’ai pas encore lu ce livre. Mais j’en ai déjà une belle opinion et en tire une immense inspiration.
    Ce livre doit être une profonde méditation sur le poids de chacun de nos mots.
    Ça me rappelle quelqu’un qui disait : « Les idées sont des êtres. »
    Je me fais la réflexion, en songeant aux quatre grandes règles, que la majorité des maux de notre planète sont causés et pourraient être guéris par la parole.
    Il m’inspire déjà ce livre, non seulement pour les mots qu’on dit, mais aussi ceux qu’on écrit.

    Je dois lire ce livre à tout prix.

    Aimé par 1 personne

    • Annielom dit :

      Vraiment, dès que tu pourras le lire, lance toi et dévore le 😉 En effet, beaucoup de choses commencent par les pensées et la parole. Je me disais même que c’est étonnant que les gens n’en soient pas conscients étant donné que beaucoup de réalisations de la société d’aujourd’hui ont d’abord été à l’état d’idées puis de paroles. De ce fait, se dire que les pensées et les paroles finissent par avoir un impact, ça ne m’a pas l’air si compliqué. Mais bon, nous n’avons pas tous la même perception des choses et commencer déjà à notre échelle à mesurer nos propos sera un pas de plus vers cet idéal 😊

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.