« Faites moi partager votre bonheur mais pas votre malheur » – Le chant de Salomon de Toni Morrison

Processed with VSCO with a5 preset

Bonjour les amis;

Nous voici donc Ă  la fin de l’annĂ©e 2017. J’espĂšre que vous avez passĂ© une bonne annĂ©e et que vous prĂ©parez bien celle qui s’annonce.

Le livre et l’auteur

« Faites moi partager votre bonheur mais pas votre malheur » p.392 tels sont les mots du protagoniste principal du Chant de Salomon, au nom assez spĂ©cial de Macon Mort surnommĂ© Laitier (dans la version originale, c’est plutĂŽt Macon Dead surnommĂ© Milkman), en pleine sĂ©ance de remise en question. Je vous prĂ©viens, il s’agit vraiment d’une Ɠuvre assez originale, loufoque en ce qui concerne les personnages mais au fond qui aborde des sujets plutĂŽt intĂ©ressants.

Toni Morrison, de son vrai nom Chloe Anthony Wofford, est nĂ©e en 1931 Ă  Lorain dans l’Ohio dans une famille ouvriĂšre de quatre enfants. AprĂšs L’Oeil le plus bleu, elle publie en 1977 Le Chant de Salomon, qui est couronnĂ© par le Grand Prix de la critique et remporte un Ă©norme succĂšs. RomanciĂšre, professeure de littĂ©rature Ă  l’UniversitĂ© de Princeton et Ă©ditrice amĂ©ricaine, elle remporte le Prix Pullitzer en 1988 pour son roman Beloved (qui a d’ailleurs Ă©tĂ© adaptĂ©e au cinĂ©ma avec Oprah Winfrey en 1998 et la fait connaitre en France) ainsi que le Prix Nobel de LittĂ©rature en 1993.

Elle est Ă  ce jour la huitiĂšme femme et le seul auteur afro-amĂ©ricain à avoir reçu cette distinction. Toni Morrison a reçu d’autres distinctions ces derniĂšres annĂ©es mais je vous les Ă©pargne 😉 aujourd’hui elle est retraitĂ©e de l’UniversitĂ© de Princeton oĂč elle vit d’ailleurs. DĂ©livrances est son dernier roman.

Le roman fait 473 pages, est divisĂ© en deux parties et est publiĂ© aux Editions 10/18. La quatriĂšme de couverture nous fait part d’une odyssĂ©e vers un retour aux sources de Macon Mort, troisiĂšme du nom, alias Laitier (la raison de ce surnom est expliquĂ© au dĂ©but de l’histoire) jeune noir-amĂ©ricain de bonne famille parti retrouver d’hypothĂ©tiques lingots d’or dans le Sud des Etats-Unis.

Tout ceci se dĂ©roulant plutĂŽt dans la premiĂšre moitiĂ© du XXe siĂšcle. En rĂ©alitĂ©, ce voyage vers un retour aux sources ne prend forme qu’Ă  la fin de la premiĂšre partie qui retrace les divers Ă©vĂ©nements constituant la vie de Laitier. EvĂ©nements nĂ©cessaires pour la suite bien sĂ»r.

Processed with VSCO with a5 preset

Mon ressenti

J’ai eu du mal Ă  accrocher au dĂ©but de ma lecture. L’histoire me semblait dĂ©cousue, sans queue ni tĂȘte puis avec des prĂ©noms comme Laitier; Guitare; Corinthiens Un; et Pilate; j’Ă©tais un peu perdue. Je ne savais pas oĂč l’auteure voulait en venir. Mais j’ai persistĂ© et j’ai fini par apprĂ©cier ce que je lisais. Une lecture originale, loufoque, parfois irrĂ©elle qui vous entraĂźne tout en laissant transparaĂźtre des points que je vais dĂ©velopper de ce pas.

En premier lieu, avec l’histoire de Macon Mort III alias Laitier, je retiens comme idĂ©e principale que bien qu’Ă©tant issus de la mĂȘme communautĂ©, nous ne vivons pas les mĂȘmes rĂ©alitĂ©s. Et ceci est souvent vrai lorsque l’on considĂšre deux individus de niveaux de vie diffĂ©rents. Lorsque l’on est bien nĂ©, que l’on vit dans une famille aisĂ©e et que l’on n’a jamais manquĂ© de rien, c’est difficile de comprendre ce que peuvent vivre d’autres personnes qui n’ont pas eu cette opportunitĂ©.

C’est possible de s’imaginer ce que les autres, moins nantis, vivent mais la comprĂ©hension de leur monde et de leurs reprĂ©sentations ne peut ĂȘtre complĂšte que si l’on y fait sa propre expĂ©rience. Il est bien dit qu’il faut marcher dans les chaussures d’autrui avant de savoir ce qu’il ressent.

Autre chose ensuite qui transparaĂźt de l’histoire de Laitier, eh bien c’est le fait que ĂȘtre issu d’une famille aisĂ©e peut monter Ă  la tĂȘte (ce n’est pas un scoop d’ailleurs) jusqu’Ă  se sentir « supĂ©rieur » aux autres. Si en plus l’on a quasiment toujours eu ce que l’on voulait sans mettre la main Ă  la pĂąte, cela peut mener Ă  des dĂ©rives. Les gens peuvent devenir des jouets que l’on utilise et que l’on jette lorsqu’on en est lassĂ©. Le tout sans forcĂ©ment s’en rendre compte.

Ou alors, il peut arriver de ne pas voir l’humain derriĂšre une interaction et de tout limiter au matĂ©riel pensant que tout et tout le monde s’achĂšte. Tout ceci fait rĂ©fĂ©rence Ă  comment je dĂ©crirai Laitier. Ce n’est pas un « mĂ©chant garçon » mais il a Ă©tĂ© tellement couvĂ© et gĂątĂ© qu’il peut justement en arriver Ă  penser la phrase qui introduit cet article, dans un moment oĂč il se rend compte qu’il est un peu « dĂ©connectĂ© » de la rĂ©alitĂ©.

Et je finirai avec Guitare, l’ami d’enfance et meilleur ami de Laitier (oui c’est perturbant tout ça) qui ici incarne ce que peut devenir une personne qui a Ă©tĂ© rapidement confrontĂ© Ă  la « duretĂ© » de ce qu’Ă©tait la vie des sujets Noirs Ă  cette Ă©poque. Il est bien dit qu’il ne faut pas rendre le mal par le mal mais certaines injustices sont responsables de comportements encore plus injustes voire atroces de la part de ceux qui Ă©taient initialement opprimĂ©s.

Il y aurait encore Ă  dire sur ce livre, notamment sur les relations dans la famille de Laitier, entre ses parents eux-mĂȘmes, entre ses parents et lui ou comment il est perçu par ses sƓurs (dont l’une s’appelle vraiment Corinthiens Un) par exemple et bien plus encore. Mais je vous laisserai dĂ©couvrir tout cela si jamais vous dĂ©cidez d’acheter le livre. Vous serez peut-ĂȘtre « choquĂ©s » par moments mais bon, cela fait partie du charme de l’histoire (n’y voyez rien de lubrique pour autant hein 😉 )

Je m’arrĂȘte donc ici. Toni Morrison est connue pour ses Ă©crits assez spĂ©ciaux mĂȘlant lyrisme, magie, rĂ©alisme, observation psycho-sociale mais excellents et je pense rĂ©ellement lire un autre de ces livres prochainement. Pour le rajouter sur une Ă©tagĂšre de votre bibliothĂšque, c’est par ici. A LomĂ©, pensez aux diverses librairies de la capitale si vous ne pouvez le commander sur internet.

Prenez bien soin de vous, et Ă  bientĂŽt pour un nouvel article.

Bisous.

3 réflexions sur “« Faites moi partager votre bonheur mais pas votre malheur » – Le chant de Salomon de Toni Morrison

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.